Culture a Aix

Publié le par Benoit PETIT

th--atre-aix.jpg
GRAND THEATRE DE PROVENCE OU L'ABSURDITE DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS D'AIX

 

 

Pour celles et ceux qui ne le savent pas encore, le « Grand Théâtre de Provence » vient d'ouvrir ses portes à Aix (quartier Sextius-Mirabeau)... pour une fois que la « culture » semble retenir l'attention de la municipalité actuelle, l'on serait tentés d'applaudir la réalisation. En général, la construction d'un théâtre est toujours une bonne nouvelle pour la collectivité. Mais dans le cas présent, c'est tout l'inverse.

 

41,7 millions d'euros engagés ; 4,2 millions d'euros par an de subvention pour le fonctionnement... à ce prix là, chacun est en droit d'attendre que le théâtre de Madame JOISSAINS, sa famille et ses amis redynamise enfin la politique culturelle du Pays d'Aix. En effet, personne ne comprendrait que l'on engage autant d'argent public dans ce lieu d'expression artistique (certes très beau et impressionnant), dès lors que l'investissement ne profite pas directement et pleinement à la vie culturelle aixoise. Or pour que ce défi réussisse, encore faut-il avoir une idée précise de ce qu'est exactement la vie culturelle aixoise aujourd'hui ! De son potentiel. De ses envies. De ses faiblesses et de ses atouts... de toutes ces choses dont l'UMP locale n'a, en vérité, aucune conscience.

 

Car plutôt que de travailler à inventer et propulser la « culture aixoise » de demain, l'équipe de Madame JOISSAINS s'est toujours contentée de (mal) gérer la « culture aixoise » d'hier... voire d'avant-hier. Leur vision des choses est simple : à Aix, on comémore les peintres et on chante de l'opéra, et puis c'est tout ! Tant pis pour les autres, ils n'ont qu'à aller se cultiver à Marseille, à Avignon ou à Paris ! (ce qu'ils font, d'ailleurs)

 

Soyons clairs : tous les aixois sont fiers de Cézanne et du Festival d'Arts Lyriques. Nous sommes tout aussi fiers de Granet, Solari, Gasquet, Milhaud, Zola, Vasareli etc... ce remarquable patrimoine culturel fait partie de notre identité locale, et il est de notre responsabilité collective de faire vivre l'oeuvre et la mémoire de nos « génis aixois ». Mais cela ne peut suffire pour bâtir une politique culturelle ambitieuse... Qu'est-ce que l'on fait pour dépister les talents d'aujourd'hui ? Pour les faire connaître dans tout le Pays d'Aix et au-delà ? Pour positionner notre ville sur toutes les nouvelles cultures artistiques émergantes ? Rien... ou trois fois rien !

 

Vous aimez le rock ? La ville s'en fout. Vous aimez le rap ? La ville s'en fout. Vous aimez le reggae et le ska ? La ville s'en fout. Vous aimez le raï ou la biguine ? La ville s'en fout toujours... Pire, vous avez un petit brin de voix ? Vous avez des prédipositions artistiques avec une caméra ou un appareil photo ? Ou bien encore vous êtes le fils spirituel de Joe Satriani et de Jimmy Page ? LA VILLE S'EN FOUT !! Seul le tissu associatif local est là pour vous aider à construire votre parcours culturel... et pour eux aussi, la réponse est souvent la même : la ville s'en fout !

 

Revenons donc sur ce « Grand Théâtre de Provence », car il est le symbole même de ce « je-m'en-foutisme » culturel : quelle sera sa programation ? Wagner, Mahler, Berlioz, Debussy, Ravel... et un peu de jazz de temps en temps... 41 millions d'euros pour une politique culturelle sectaire et passéiste, la pilule a du mal à passer ! Vous ne pensez-pas que votre argent aurait été mieux dépensé s'il s'était agit de construire des salles de spectacle de taille moyenne (il n'y en a pratiquement pas à Aix) dont la vocation aurait été d'acceuillir toutes les expressions culturelles ? Ou encore de mettre en place des outils de diffusion médiatiques pour les créations locales ? D'organiser un second festival, mais cette fois orientée sur les arts contemporains ? De renforcer les capacités financières des associations, pour qu'elles puissent répondre de manière plus ambitieuse (et cohérente) aux besoins culturels de la ville ? Ou bien même, soyons fous, de travailler à la création d'une grande école d'expression artistique ?

 

La construction d'un théâtre ne change rien à l'affaire : il n'y a plus de politique culturelle à Aix, parce que l'équipe municipale en place refuse de faire le pari de l'avenir et de l'innovation ; parce que Madame JOISSAINS, sa famille et ses amis n'ont jamais écouté les acteurs culturels du Pays d'Aix, qui réclamment pourtant depuis de nombreuses années un « Plan Marshall » de la culture aixoise, de ses orientations et de ses infrastructures ; parce qu'ils n'ont jamais pris la peine de s'intéresser aux goûts artistiques de leurs administrés, tout simplement.

 

Il est temps que cela change... Tout doit être fait pour qu'en 2008, Aix renoue enfin avec l'excellence culturelle (c'est-à-dire avec son esprit créatif)... et manifestement, cela passe par le renouvellement de l'équipe municipale !


Publié dans Archives

Commenter cet article