PS AIXOIS : MEDVE ATTAQUE PICHERAL

Publié le par Benoit PETIT

 

pace.jpg

GUE-GUERRES AIXOISES A GAUCHE ET A DROITE ... AU SECOURS LE MODEM !!

 



Maintenant, ca suffit ! Ras-le-bol de ce microcosme politique fait honte au Pays d'Aix. Les coups bas, les rumeurs, les trahisons et les procès... mais pour qui ils se prennent, nos élus ?! Faut-il leur rappeler que nous leur avons donné mandat pour nous représenter, et que leurs comportements nous engagent à chaque instant ? Peu importe les longues justifications par lettres publiques interposées : s'ils ne sont pas capables de faire campagne autrement, ils ne méritent pas notre confiance. Ce n'est pas un problème de droite ou de gauche, ce n'est même pas un problème politique : c'est un problème éthique. Et il est temps qu'Aix-en-Provence se préoccupe enfin des problèmes éthiques qui plombent sa vie politique.

 

Depuis le début de l'année, Aix semble abonnée aux « petits meutres entre amis » politiques. On a eu droit tout d'abord aux divisions de l'équipe municipale UMP (Bruno GENZANA ayant lancé une OPA hasardeuse et inélégante contre Maryse JOISSAINS il y a quelques mois). Et en ce moment, c'est à gauche que le carnage à lieu, entre Alexandre MEDVEDOVSKY et son ex-mentor Jean-François PICHERAL. C'est à se demander qui de la gauche et de la droite, s'adonnera au règlement de compte interne le plus violent et le plus tordu ?!

 

Que le PS aixois soit traversé par une crise idéologique sans précédent, ce n'est une surprise pour personne : les socialistes n'ont pas encore tranché la question de leurs alliances (laquelle renvoie à la problématique d'une évolution du PS vers la sociale-démocratie). Pourquoi les choses seraient-elles différentes à Aix ? Comme partout ailleurs, il y a des socialistes qui veulent travailler avec la gauche anti-libérale, et des socialistes qui veulent travailler avec le centre. A Aix, la problématique s'est même posée plus tôt qu'ailleurs, puisque la création d'un centre autonome a été amorcée par François-Xavier de PERETTI depuis longtemps (particulièrement en 2002). Et les scores encourageants de François BAYROU et de Brigitte DEVESA en 2007 confirment la viabilité de cette dynamique... que beaucoup de gens de gauche approuvent et soutiennent.

 

Ainsi, le fait qu'il y ait deux candidatures socialistes pour la mairie n'étonne donc personne. Et sauf à considérer que le débat d'idées est nuisible à la démocratie (si, si, il y en a qui pensent ça... notamment à l'Elysée), c'est plutôt une bonne chose que le PS débatte de ses fondamentaux.

 

Mais là, le PS ne débat pas : il patauge dans le pathétique ! La vire-volte d'André GUINDE, l'attaque de Jean-François PICHERAL, la réponse judiciaire d'Alexandre MEDVEDOVSKY... il n'y a visiblement plus une once de respect entre les protagonistes (et surtout, des protagonistes à l'égard des aixois). Les conditions minimales pour débattre ne sont pas réunies : la machine à produire du gâchis est en marche à gauche !

 

C'est en tout cas le constat que tire Cyril DI MEO, candidat Vert qui a vainement proposé d'organiser une primaire 'à l'italienne' entre toutes les listes d'opposition à Maryse JOISSAINS (proposition que CAP 21 avait immédiatement soutenu). Mais depuis quand le PS écoute-t-il ses partenaires politiques traditionnels ? Les petits copains écologistes, c'est sympa pour se constituer une réserve de voix aux élections, mais c'est tout ! Leurs idées, leurs propositions, leurs appels à débattre du fond, les pontes socialistes s'en désintéressent totalement... quand on s'estime être les seuls à pouvoir gagner, l'on a pas forcément envie d'écouter les amis qui mettent le doigt là où ça fait mal (à savoir les idées)...

 

Pour autant, les choses ne sont pas aussi désespérées qu'elles y paraissent. Il existe d'autres voies d'opposition à la municipalité de Maryse JOISSAINS. C'est en tout cas l'ambition du MoDem du Pays d'Aix, et la raison pour laquelle avec mes amis de CAP 21, nous participons à la révolution orange : proposer aux aixois une autre manière de faire de la politique, qui soit fondée sur la culture du dialogue et le sérieux du projet ; surtout, qui ne ressemble plus jamais aux gué-guerres dégueulasses que se livrent à gauche les camps PEZET-PICHERAL et MEDVEDOVSKY-GUINDE, à droite les camps JOISSAINS et GENZANA.

 

Le MoDem du Pays d'Aix réunit aujourd'hui des citoyens de gauche, du centre, de droite, de l'écologie ou de l'abstention, qui en ont ras-le-bol de voir Aix sombrer dans le ridicule politique ; qui veulent construire un projet de ville innovant et fédérateur ; qui veulent mandater des élus qui respecteront les habitants, et qui sauront donner une bonne image de notre Pays d'Aix.

 

Certains disent que nous sommes des idéalistes ? Peut-être bien. Nous sommes capables de concrétiser cet idéal, et c'est un bel idéal. Mais plus que des idéalistes, nous sommes une alternative... et en ce moment, Aix manque cruellement d'alternatives...

Publié dans Archives

Commenter cet article