MoDem et rentrée politique

Publié le par Benoit PETIT

RENTREE POLITIQUE 2007 EN FRANCE ET A AIX... LE MODEM PEUT TOUT CHANGER !

 

 

bayrou-foule.jpg



D'habitude, les rentrées politiques se suivent et se ressemblent : « on prend les memes, et on recommence comme l'année précédente ». Les memes personnalités, les memes idées, les memes plans com', le meme clivage gauche-droite... la routine, quoi !

 

Cette fois pourtant, la rentrée 2007 ne s'annonce pas tout à fait comme les précédentes. Les Français ont profité des récentes élections présidentielles et législatives pour faire voler en éclat les anciennes règles du jeu. Et si jusqu'à présent, le système fonctionnait sur l'opposition frontale entre le PS et l'UMP (chacun ayant l'appui de ses alliés inféodés et dépendants), les échéances de mai viennent d'atomiser cette architecture, désormais pulvérisée en de multiples fragments plus ou moins autonomes. Tous les ingrédiants des grandes recompositions sont réunis : les prochains mois dévoileront le nouveau visage politique de la France... mais aussi localement, du Pays d'Aix.

 

N'en déplaise aux ténors socialistes et sarkozistes, le coup de pied dans la fourmilière a été donné essentiellement par les électeurs de François BAYROU. Souvenez-vous : ils n'étaient pas très nombreux, juste une année en arrière, à concevoir que des électeurs de centre droite, de centre gauche et écologistes pouvaient s'unir autour d'un projet commun et autonome, et réaliser presque 20% des suffrages. La fameuse « troisième force » dispose enfin d'une assise électorale significative... et cela va évidemment peser dans la formation des futures coalitions municipales (et par ricochet, sur le paysage politique national).

 

Les enchères au voix du MoDem ont d'ailleurs déjà commencé, localement. La gauche, la droite... tout le monde veut reprendre sa part d'électeur bayroutiste. Ceux qui, il y a deux mois encore, ironisaient sur le petit nombre de députés démocrates, sont les memes qui aujourd'hui, viennent nous taper sur l'épaule pour nous dire à quel point ils nous aiment et nous respectent. Ils n'ont visiblement pas compris que si nous nous retrouvons au MoDem, c'est en grande partie parce que nos idées et nos opinions n'étaient pas respectées dans la précédente organisation bipartisane. Il va donc falloir plus que des sourires et des promesses pour gagner le partenariat des démocrates...

 

Est-ce que cette idée d'un centre autonome peut capoter dans les prochains mois ? Soyons lucides : évidemment ! Tout d'abord, il va falloir compter sur la contre-offensive du PS et de l'UMP, très concernés par le rétablissement de l'ordre ancien. L'un et l'autre mettent déja en avant leurs factions les plus proches du centre, pour tenter de dissiper les césures idéologiques : le Nouveau Centre cherche à aspirer l'aile droite du MoDem, en présentant un visage chrétien-démocrate du sarkozisme ; Ségolène ROYAL cherche à aspirer l'aile gauche, en incarnant la voix social-libérale du PS (démarche facilitée par le départ prévisible de DSK au FMI). La concurrence s'annonce dure. Mais quelque part, ce serait une première victoire pour les démocrates : le débat national se repositionnerait autour des enjeux portés par les centristes autonomes, ce qui faciliterait son implantation dans la culture politique de l'opinion.

 

Deuxième écueil à éviter (et non des moindres) : que le MoDem s'auto-dissolve dans les dissentions internes et l'inconhésion. Personne n'a jamais dit qu'il serait facile de créer un mouvement à partir de plusieurs cultures politiques différentes, de surcroit qui n'ont jamais appris à travailler ensemble. Mettre d'accord des ex-socialistes, des ex-verts, des CAP 21, des UDF, des ex-UMP, des associatifs et acteurs de la société civile... c'est possible, mais compliqué. C'est surtout un défi incroyable qui, si nous le réussissons, relèguera durablement le système bipartisan aux oubliettes. Rien que pour ça, cela vaut le coup de se retrousser les manches et de tenter l'aventure !

 

Mais la volonté de réussir ne suffit (et ne suffira) pas. Les uns et les autres avons des perceptions et des modes de fonctionnement différents, du fait de nos parcours respectifs... ce qui parfois, sur certains dossiers spécifiques, peut engendrer des désaccords et des divergences. Dès septembre, le MoDem va donc devoir organiser judicieusement sa gouvernance, au plan national comme au plan local, pour que toutes les familles démocrates apprennent à agir et à décider ensemble. Cela passera évidemment par les statuts, mais aussi (et avant tout) par la capacité à dialoguer efficacement entre nous.

 

Toute la question ces prochaines semaines sera donc de savoir comment les démocrates se considèrent les uns, les autres, et se coordonnent dans la prise de décision. Tout dépend de l'équilibre qui va se construire, d'abord à Seignosse (au Forum des Démocrates), ensuite au Congrès fondateur, et enfin localement, dans les Bouches-du-Rhone et sur Aix. Car de là, découlera l'issue des municipales... à la fois au regard du projet mais aussi des coalitions.

 

Le MoDem n'a de sens que s'il se présente comme l'union de toutes ses composantes ; et l'union n'est réalisable qu'autour de propositions nouvelles, dans lesquelles chacun retrouve une part de son identité politique. La question n'est pas de savoir comment les centristes doivent se positionner face aux appels du pied de Michel PEZET (PS), ou aux désirs de dissidence de Bruno GENZANA (UMP)... elle est surtout de savoir quel projet présenter, susceptible de fédèrer autour de lui le centre droite, le centre gauche et les écologistes. Car si nous parvenons à nous doter de ce socle de cohésion, alors nous serons en mesure de décider qui seront nos partenaires, parmi « les mieux disants » en terme de projet. A l'inverse si nous échouons, alors les démocrates se départageront dès le premier tour entre les autres listes : l'aile centre gauche votera à gauche, l'aile centre droite votera à droite et l'aile écologiste votera écologiste...

 

Non décidément, cette rentrée politique 2007 n'aura rien à voir avec toutes celles qui l'ont précédé. Si le MoDem parvient (comme je l'espère et comme je le crois) à transformer l'essai des présidentielles, s'en sera fini du bipolarisme. Les coalitions de gestion ne seront plus déterminées en fonction de la victoire d'un camp sur un autre, mais en fonction de la victoire d'un projet sur un autre... et dans cette perspective, tout devient possible. Les idées seront enfin libérées des logiques claniques, et deviendront la richesse autour de laquelle se réorganise l'espace politique. Ces fichues lignes que les Français révaient de faire bouger... et bien il se pourrait bien qu'elles commencent à bouger, justement à partir de septembre !

Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

arno 27/08/2007 15:30

J'ai beaucoup aimé votre site: je suis pour une alliance PS:rénové-modem-cap21-vert-prg-mrc

Cela vous direz t-il de mettre un lien mutuelle entre nos deux sites si vous le désirez!!!
Mon blog est le suivant: http://segoleneroyal2012.over-blog.fr/

Et dès maintenant,abonnez vous en grands nombres à la Newsletter.
Venez nombreux voir ce blog malgré vos appartenance politique,il est ouvert à tout le monde,vous pouvez débattre dans les commentaires!!!

Marc 27/08/2007 09:25

IngrédiEnts