Suspension des élus Verts aixois : le néo-maccarthisme de l'ultra-gauche politicienne

Publié le par Benoit PETIT

La décision du Conseil exécutif des Verts – qui vise d'une part à « suspendre à titre conservatoire » les élus (Cyril Di Méo, Arinna Latz) et militants aixois qui ont rejoint la liste « Génération Aix » menée par François-Xavier de PERETTI, et d'autre part à interdire l'utilisation du logo des Verts sur les documents de campagne – n'est rien d'autre que le sacrifice des valeurs de l'écologie sur l'autel de la politique politicienne.

 

Au-lieu de prendre connaissance préalablement du projet de Ville défendu par la liste « Génération Aix », Cécile Duflot et ses amis de l'ultra-gauche ont préféré fournir (une nouvelle fois) au Parti socialiste la preuve de leur inféodalisation inconditionnelle : peu importe de savoir qui, à Aix-en-Provence, propose le « mieux disant écologique et social » - notamment dans les domaines des transports, de l'urbanisme, de l'énergie, de l'économie ou encore de la gestion des déchets – la seule chose qui compte à leurs yeux, c'est que les Verts soient sur une liste socialiste.

Peu importe également le travail remarquable de Cyril Di Méo et Arinna Latz au Conseil municipal d'Aix-en-Provence, particulièrement sur les dossiers du PDU, d'Iter, du logement, et plus généralement sur la gouvernance de la Ville. Comment oublier aussi vite que la seule vraie opposition de gauche à Aix, a été incarnée par les élus Verts depuis 2001 (alors meme que les élus socialistes locaux ont particulièrement brillé par leur silence sur tous les enjeux fondamentaux de la ville) ?

 

Les aixois – à l'instar de tous les Français du reste – exigent que la politique ait du sens. Cela implique que ceux qui défendent au quotidien les valeurs de l'écologie, fassent leurs choix municipaux sur le fondement d'un projet, et non d'une alliance partisane conclue en dehors de toute considération de fond. Le Conseil exécutif des Verts aurait-il oublié les urgences sanitaires et écologiques qui nous menaçent ? En tout état de cause, les aixois ne les oublient pas. C'est exclusivement pour eux (et leur avenir) que « Génération Aix » s'engage dans cette campagne... et non pour satisfaire les ambitions personnelles de quelques élus socialistes en mal d'union de la gauche.

Publié dans Archives

Commenter cet article

Guilhem 13/12/2007 14:14

Etant donné le travail considérable qu'il y a à faire dans le domaine de l'écologie, il serait bon en effet d'avoir une vraie politique en la matière et non pas des alliances partisanes.... ou supposées comme telles.

Cyril Cognéras 07/12/2007 02:11

L'Ultra-Gauche va trés bien, Merci mais c'est pas grâce à ceux qui trahissent leur camp en s'alliant à la Droite!!!

Benoit PETIT 05/12/2007 22:45

Effectivement, je reconnais volontiers le travail d'opposition sérieuse et constructive des élus PRG au Conseil municipal. Il n'est pas étonnant d'ailleurs que ces derniers aient rejoint Michel PEZET et Jean-François PICHERAL, qui sont des hommes libres et de qualité.

Mes pensées étaient plutot orientées vers ceux de gauche (locale et nationale, socialiste et écologiste) qui ont recours à la politique politicienne contre le choix pourtant démocratique des Verts du Pays d'Aix.

Merci de m'avoir donné l'occasion de préciser cela.

Michel 05/12/2007 22:07

Les Verts, la seule vraie opposition de gauche ? C'est oublier très vite LA Castronovo et D Rumani qui ont fait un véritable travail de fond sur des dossiers précis... A trop vouloir taper sur les socialistes, on arrive à mépriser ceux qui travaillent vraiment sans forcément s'afficher partout et qui gardent leurs convictions