Alexandre Medvedowsky : une dynamique qui fait "pshiiit"

Publié le par Benoit PETIT

Alexandre MEDVEDOWSKY aurait du le savoir : les Aixois n'aiment pas qu'on leur impose le « dictat » des appareils parisiens ; ils supportent encore moins qu'on recycle, chez eux, les vieilles idées du passé pour envisager l'avenir. Il faut croire que depuis le début de cette campagne, ces évidences n'ont toujours pas interpellé le candidat officiel du PS.

 


 

Convaincu qu'il gagnera l'élection sur (l'antique) idée jospinienne de l'union plurielle (comprendre : inféodée) de la gauche, « Medvé » fait des pieds et des mains pour obtenir le soutien des militants écologistes et socialistes aixois : les (ex) Verts du Pays d'Aix refusent de le soutenir ? Il lance illico-presto un message « SOS » auprès de la direction nationale des Verts, et arrache l'exclusion de Cyril DI MEO, Arinna LATZ et leurs amis... Une partie substantielle des socialistes aixois refusent de se ranger derrière sa candidature ? Il lance tout aussi promptement un message « SOS » auprès de la direction nationale et départementale du PS, et obtient le soutien circonstanciel d'André GUINDE pour donner le change médiatique...

 


 

Seulement voilà. Au grand dam du candidat en détresse, tous ces appels au secours font... pshiiiiit ! L'actualité politique locale le démontre de nouveau : Pierre SOLEILHAVOUD et environ 120 militants socialistes des quartiers Ouest viennent de rejoindre le candidat Michel PEZET, malgré la volte-face médiatique d'André GUINDE. Quant au Parti Radical de Gauche, représenté par Lucien-Alexandre CASTRONOVO et Danielle RUMANI-ELBEZ (déjà engagé aux cotés de Michel PEZET et Jean-François PICHERAL pour les municipales), ils brigueront le canton Aix-centre contre le candidat medevedowskiste Jacques AGOPIAN... Sans rappeler que les (ex) Verts du Pays d'Aix, pour leur part, se sentent toujours aussi bien dans la dynamique « Génération Aix » de François-Xavier de PERETTI, malgré l' « oukaze » politicienne dont ils sont victimes.

 


 

A l'évidence, Alexandre MEDVEDOWSKY ne parvient pas à convaincre ses « partenaires » de gauche, et encore moins les adhérants de son propre mouvement... pourquoi ?

 


 

Sans doute parce que le projet municipal qu'il propose n'a rien de convaincant : s'il l'avait été, « Medvé » n'aurait pas à encaisser aujourd'hui toutes ces défections. Meme si je ne partage pas, sur le fond, l'ensemble des propositions de Michel PEZET, je reconnais sans difficultés que les élus et les personnes qui le soutiennent sont des gens sérieux, qui envisagent leur action locale non pas en fonction des directives nationales des partis, mais selon leur perception des intérets des Aixois. Si « Medvé » était convaincant sur les enjeux de l'urbanisme, du transport, de l'habitat, des universités, du pole judiciaire, de la démocratie de proximité, du développement durable ou encore du social et de la solidarité, il aurait bénéficié des soutiens qu'il ne parvient pas à obtenir aujourd'hui.

 


 

C'est une question de méthode : le prochain Maire d'Aix-en-Provence n'a pas vocation à incarner la représentation locale de tel ou tel parti ; il s'agit de prendre les dossiers un par un, de trouver des solutions innovantes et de mettre en place des politiques qui répondent aux attentes des Aixois. Ceux qui se cachent derrière la politique nationale, ceux qui veulent transformer les municipales en troisième tour des présidentielles, ceux encore qui passent leur temps à enclencher des procédures partisanes pour sanctionner les « rebels », ne font que masquer le creux de leur projet.

 


 

Les Aixois ne sont pas dupes de ces manoeuvres. Tant pis pour « Medvé » s'il ne le comprend pas... et tant mieux, finalement, pour la Ville. La dynamique portée par François-Xavier de PERETTI a le mérite de mettre les conservateurs de gauche et de droite à la fois face à leurs contradictions et à leur incapacité à rassembler. L'avenir d'Aix ne se décide ni à Paris, ni dans les alcoves des partis ; il se détermine avec les Aixois, par les Aixois, et pour les Aixois, tout simplement. Avec « Génération Aix », chaque jour de campagne qui s'ouvre démontre une évidence : lorsque le projet est clair, respectueux des attentes des Aixois, et émancipé des entraves et des logiques partisanes, la dynamique est convaincante et puissante... a bon entendeur, salut !

 

Publié dans Archives

Commenter cet article

Un de la Bande 28/01/2008 13:54

Une analyse percutante de la candidature Medvé.

Le candidat naturel du PS c'est Michel PEZET. Il a la stature nécessaire, l'expérience, etc.
Medvé "veut" être quelqu'un sur Aix !
Autour de lui s'est construit une barrière intellectuelle, qui ne rime à rien et ne tient pas la route, à l'analyse un peu poussée. Manipulation du vote des adhérents, diabolisation des Socialistes pourtant historiques, crise de "jeunisme" à tout crin !..

La recomposition du Parti viendra avec le Centre, pas avec l'extrème Gauche.
Si on regarde les participans locaux de cette extrême gauche, on se plie en deux de rire...

En son temps, la Gauche a connu la victoire avec le PC, aujourd'hui, cette victoire viendra avec le Centre. Rocard le dit depuis des années, Pezet, aussi...

Micka 17/01/2008 08:30

Un homme qui cherche, par des coups bas et des manipulations d'appareils à Paris et Marseille, en méprisant l'avis des militants locaux.



Un homme qui est incapable de faire vraiment l'union derrière son nom sur un projet ne peut être élu maire d'Aix-en-Provence.



Un seul est au-dessus de ces démarches d'arrière-cour : c'est Michel Pezet

julian cornu 14/01/2008 17:14

Le plus désolant c'est cette volonté farouche de tromper les électeurs aixois non-avertis en apposant des Logos de partis dont les représentants locaux (PRG,Verts) sont sur d'autres listes car ils ne croient pas en lui et son maigre projet...