La faute aux conservatismes...

Publié le par Benoit PETIT



J'ose meme pas regarder la date du dernier post publié...



Oui ! Je le confesse, j'ai osé l'inacceptable : J'AI ABANDONNE MON BLOG plusieurs semaines. C'est vrai, je suis un blogger défaillant du point de vue de la web-moralité, et je mérite sans doute tous les chatiments de la toile. Comment ais-je pu détourner mon attention à ce point du sacro-saint dogme de la blogosphère : "Un post tous les jours, tu publieras... sinon tes lecteurs, tu pleureras" ?

Je pourrais vous sortir l'excuse de la thèse, ou encore celle de la campagne municipale - toutes deux tout à fait pertinentes, je vous le garanti (!!) - mais en fait, la vraie raison est plus simple (et sans doute plus condamnable) : je n'avais pas envie d'écrire. Le vide. Le culte hérétique de l'écran blanc. La dévotion diabolique du silence. Et pourtant, depuis le début de ma "grève-du-clavier", il n'y a pas eu un jour sans que des ames compatissantes (parfois un brin web-évangélistes) n'aient tenté de me sortir de mon état : "sérieux, tu devrais publier quelque chose... n'importe quoi... juste pour générer du trafic, au moins ça"... "t'as pas peur de perdre tes flux ??"..."qu'est-ce que tu fous avec ton blog ? tu te web-suicide la !" (véridique !). 

Ben non ! Je n'avais pas envie d'écrire. Ni sur Medvé, ni sur Joissains, ni meme sur la chute de popularité de Nicolas Sarkozy (note de l'auteur à ses amis qui ont voté Sarko : "ok...ok... je vous avais pas dit que ca viendrait aussi vite, j'aurais du (mdr !!!)".
D'autres l'ont d'ailleurs remarquablement bien fait, pour certains sans le savoir et à contre-sens de leurs convictions... pourquoi en rajouter ?
Et puis que dire de plus sinon que ces municipales reflètent parfaitement la situation politique nationale : une droite officielle de plus en plus faussement schizophrénique - un jour Dr Social, un autre Mr Sécuritaire - qui a visiblement oublié le sens des mots "bilan", "projet" (... et hélas, parfois, "respect")  ; une gauche officielle elle aussi schizophrénique (mais là, réellement), doublement hantée par le spectre de la Main Invisible (du marché) et le Léviathan européen, et qui ne sait plus très bien si elle doit accepter ou refuser l'idée du capitalisme (!!!!!!!) ; et entre les deux, l'espoir... :)


Je me suis posé la mauvaise question, en fait. Plutot que de me demander quoi écrire à l'écran, j'aurais du me demander pourquoi je ne parvenais pas à écrire.

La réponse me parait évidente, ce soir : nous sommes collectivement affectés par les pensées conservatistes !!! Qu'ils soient de droite, de gauche, élyséens ou économiques, sociaux ou littéraires, médiatiques ou corporatistes (n'oublions pas religieuses aussi), tous ces conservatismes nous construisent une chappe de plomb sous laquelle nous croulons... comme des imbéciles passifs dénués de volonté (moi étant le premier d'entre nous).



Je déconne pas ! Tous les matins, les radios nous annoncent les mauvaises nouvelles du jour : les flirts avec la Scientologie, Jérome Kerviel, la visite de l'homme-qui-plante-sa-tente-dans-le-jardin-de-Sarkozy, la dernière attaque contre le système social français, les réformes "Dati"... et ca tourne en boucle toute la journée : dans les journaux locaux, dans les journaux gratuits, au JT du 13 heures, sur les blogs, au JT de 20 heures, dans les émissions politiques, les reportages, les chroniques dans les émissions de variété, les déclarations de Johnny et Laetitia Hallyday...

Il y en a tellement, des conservatismes qui nous tombent dessus dès le matin. C'est un buzz permanent, incessant, qui nous souffle à l'inconscient toutes les choses que l'on s'apprète à transformer, qui endors notre vigilence, qui nous rend dociles face à l'actualité.
Et au cas où il y aurait des récalcitrants, on nous programme des "Star Academy", des "Combien ça coute", des "Sans aucun doute", des "Roues de la fortune", des "C'est quoi l'amour" et autres "Appels d'urgence" (pour ceux qui ne regardent pas TF1, ils ont droit à "Toute une histoire" sur France 2)... hypnotique !!

Occuper "les temps de cerveaux humains disponibles" grace aux médias (tiens, tiens, combien de copains Nicolas Sarkozy ont investi le monde des médias depuis la campagne des présidentielles ?), c'est une ficelle pourtant bien connue de toutes les expériences conservatrices de l'Histoire.
Et pendant ce temps là, on s'apprète à réformer les rapports entre l'Etat et les religions (conservatisme religieux), à renforcer la dimension répressive de la justice (conservatisme pénal), à réduire le modèle social (conservatisme économique), à accroitre la personnalisation du pouvoir exécutif (conservatisme institutionnel)...


La chute de popularité de Nicolas Sarkozy ne dit pas autre chose : la France grogne à cause de la dose massive de conservatisme qu'on lui injecte au quotidien, et non parce qu'elle est conservatrice par nature et  donc réfractaire au progrès sarkozistes... 
Et si les gens ne se réfugient pas dans les bras des socialistes, c'est avant tout parce que le PS reste ancré dans ses dogmes ancestraux - l'Union de la gauche, la critique anticapitalistique, la discipline partisane.

Ce ras-le-bol anti-conservateurs est partout palpable dans cette municipale. Ceux qui se satisfont des mauvais bilans, ceux qui ont recours aux vieilles pratiques partisanes pour assoier leur légitimité, ceux encore qui considèrent que les vieilles idéologies génèrent toujours de l'espoir... tous ceux-là se heurtent au rejet des Aixois. 
Il y a une sorte de "contre-culture" aixoise qui est entrain de renaitre. La Ville comprend qu'au-delà des hommes et des femmes politiques, il faut avant tout renouveler les idées. Il faut un regard neuf sur les dossiers. Il faut instaurer d'autres rapports entre les élus et les Aixois. Il faut etre disponible à leurs attentes et leurs besoins. Il faut apporter des réponses innovantes et ambitieuses, dans tous les domaines. Il faut surtout moins penser en responsable politique, et plus en Aixois.



En fait, je crois que si je n'ai pas écrit depuis aussi longtemps sur mon blog, c'est parce que la thèse et la campagne (de terrain) sont pour moi les principaux moyens de résistance contre le retour des conservatismes. Non pas que je veuille relativiser excessivement la portée de l'expression bloggesque... mais un peu quand meme.

Alors voila. J'avais bien une chose à écrire ce soir. (clairon, tambour : NON AUX CONSERVATISMES... A AIX ET AILLEURS ! OSONS LA CONTRE-CULTURE !! (mdr)

Certains diront que pour écrire ca, j'aurais mieux fait de rester silencieux. Il ont peut-etre raison, je m'en fiche. Je fais encore ce que je veux, sur MON blog... :)




 

Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Magali 26/02/2008 18:01

Merci de votre réponse.

Benoit PETIT 26/02/2008 02:14

Justement ! C'est parfaitement cohérent : la liste "Génération Aix" est précisément l'expression de cette contre-culture que j'évoque. Les conservatismes sont du coté de ceux qui raisonnent selon les directives nationales des partis, qui pratiquent le pouvoir dans l'ignorance de la démocratie participative, qui ont toujours une conception de l'urbanisme datant des années 60-70-80, qui refusent d'ouvrir Aix aux cultures actuelles, etc...

Je vais pas multiplier indéfiniement les exemples, mais quand meme, au moins ces deux la.

- Le conservatisme, c'est considérer que l'on peut assumer en meme temps les mandats de Maire (avec toutes les fonctions que cela implique, au niveau des HLM, de l'Hopital, de l'administration municipale...), de Président de la CPA, et éventuellement un mandat de parlementaire national. François-Xavier de PERETTI est le seul candidat à avoir déclaré explicitement qu'il ne sera QUE Maire, tout le temps de son seul mandat.

Le conservatisme, c'est continuer à construire la Duranne comme l'on faisait il y a 30 ans : sans aucune cohésion logements-lieux de vie-commerce-transports... sans aucun respect des éco-techniques les plus performantes en la matière. François-Xavier de PERETTI propose au contraire de repenser entièrement l'aménagement de ce pole, d'y appliquer l'exigence d'habitat (un toit et une qualité de vie), de garantir les modes de transports adaptés, de développer les éco-constructions...

Je pourrais continuer sur tant d'autres sujets... allez consulter le blog http://www.generationaix.com vous verrez que nous ne sommes en rien, une liste conservatrice.

Les conservatismes que je dénonce n'ont rien à voir avec le fait d'avoir précédemment exercé des mandats électifs. Ils n'ont meme rien à voir avec la gauche ou la droite. Ce sont des modes de pensée, pas des parcours personnels ou des convictions politiques...

Magali 25/02/2008 17:27

Ce post est-il bien compatible avec une candidature sur la liste de Mr De Peretti, actuellement conseiller municipal à Aix et déjà vieux routard de la politique ? Ou est-ce que vous vous posez des questions sur le bien-fondé de votre ralliement à cette liste ? Mr DePeretti a-t-il des idées novatrices ? Parlez-nous un peu de son/votre projet SVP

Marc 25/02/2008 11:12

Faut pas lâcher le blog trop longtemps. Les conséquences peuvent-être graves. ;-)