Farewell Mitch !

Publié le par Benoit PETIT


Image


Voila une bien triste nouvelle
: Mitch Mitchell, le batteur légendaire de Jimi Hendrix (mais aussi, après le décès de ce dernier d'Eric Clapton, des Stones, de John Lennon, de Jeff Beck...) , vient de nous quitter à l'age de 61 ans... mort (de cause naturelle) dans sa chambre d'hotel, à Portland, lors d'une tournée qui faisait revivre "the soul of Jimi".

Ca fera peut-etre un petit commentaire dans le JT de ce soir, peut-etre pas. En tout cas, les médias ne parlerons pas suffisament de ce gigantesque musicien qui, par son talent, son jeu intuitif, sa rage de révolte et son sens inné du rythme, a tout simplement changé la face du monde. The "Jimi Hendrix Experience", ce n'était pas seulement le nom d'un groupe mythique... c'était avant tout la force montante d'une contre-culture, née en réaction contre l'Amérique conservatrice et ségrégationniste, contre la guerre du Vietnam et au travers elle, toutes les guerres, contre un société forgée sur le socle de l'ultra-consommation...

Mitch Mitchell, c'était un batteur. "LE" batteur (avec, sans doute, Steve Gadd pas très loin)... c'est-à-dire celui qui est sans doute le plus indispensable dans un groupe - car celui qui confère à la musique son ame, sa force, son empreinte, sa révolte - mais en meme temps celui que personne ne connait.

Oui, c'est bien une époque qui est en train doucement de s'en aller de cette Terre. Ca ne serait pas trop grave si il y avait des nouveaux Mitch Mitchell, dans ce qu'il représentait et dans sa capacité créative... mais il n'y en a pas, en tout cas pas qui passent dans les médias d'aujourd'hui.

Et l'on ne me fera pas croire que l'extinction progressive de cette génération, ces Dieux vivants de la musique, est étrangère à la crise politique actuelle... si meme les artistes ne pensent plus au travers l'expression de leur art, si meme les musiciens ne brisent plus les codes et les standards en vigueur dans la chanson, si meme les jeunes talents ne se risquent plus dans la provoc', comment voulez-vous que la société fasse naitre en son sein une nouvelle contre-culture. Oui, quand je pense à la mort de Mitch Mitchell, et que je la mets en perspective avec ce que Pascal Nègre (Universal Music) et les grandes majors nous imposent dans tous les médias, je ne peux m'empecher de penser que tout ceci est politique : plus on endort les masses avec des niaiseries markettées, plus on étouffe les jeunes Mitch Mitchell en devenir et leur sensibilités contre-culturelles, plus on permet aux conservatismes de s'ancrer profondément dans nos vies quotidiennes.

En hommage à Mitch Mitchell, voici quelques pures moments de génie... Heureusement qu'il y a les images d'archives pour se rappeler qu'à une époque pas si lointaine que cela, la révolte avait du sens




Solo pendant un concert en Suède, le 9 janvier 1969.



UK, Hall of Fame (2005).... "Hey Joe", joué en hommage à Jimi, avec évidement Mitch Mitchell, toujours l'excellent batteur qu'il n'a jamais cessé d'etre, meme agé.... Cet extrait est d'autant plus une perle à mes yeux que le guitariste n'est autre que mon petit "Slash" préféré (Guns & Roses)... croisement des époques, plaisir décuplé !



Enfin, petit retour sur ce qu'était "The Jimi Hendrix Experience"... pour le plaisir.



Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JJBee 04/01/2009 00:46

Waaaaaaaaaaaouh !Je recherchais des photos de Mitch Mitchell et j'atterris sur un blog orienté CAP21/Modem !Ça va (peut-être) me réconcilier avec le Centre (Gauche ? ;^)).Il faut que je vérifie ce que Désirs d'Avenir a publié sur cette triste nouvelle (la mort de Mitch Mitchell). ;^)Blague à part, merci pour ce « post » et ces vidéos, en particulier celle du concert à l'Albert Hall (la troisième), je ne la connaissais pas, merci.