Ceci n'est pas un Congrès du Parti Socialiste

Publié le par Benoit PETIT


Yeah

René Magritte

Alors que le Congrès de Reims s’ouvre dans une désharmonie qui est devenue traditionnelle, les citoyens qui tentent (vainement) de s’intéresser au PS pour autre chose que la guerre des présidentiables s’interrogent. Le front anti-Royal n’est pas seulement le reflet d’ambitions plurielles. Il est aussi et surtout l’arbre qui cache la « déforestation des idées » socialistes.

En tout cas, c’est la brindille qui essaie ridiculement de cacher l’absence de changements doctrinaux. Comment peut-il en etre autrement ? Martine Aubry, qui avait la charge jusqu’à présent de produire la pensée sociale du parti, est à deux doigts de conclure une alliance avec celui qui était, jusqu’à aujourd’hui, responsable du volet « Europe » (Benoit Hamon). Sont également parties prenantes de ce « pacte » d’amitié : Claude Bartelone (Secrétaire national à la Communication), Alain Vidalies (… aux entreprises), Claude Roiron (… à l’Education) Yves Durand (… à l’Enseignement supérieur et la Recherche), Vincent Léna (… à la solidarité urbaine), Laurence Rossignol (… au femmes), François Lamy (… à la vie associative), Marylise Lebranchu (… à la Maison des élus  {??}) , Paul Quilès (Défense et Responsable national aux questions stratégiques), Marie-Noelle Linnemann (« spécialiste des questions de logement)…  Et pour peu que les amis de Delanoe les rejoignent plus ou moins explicitement, vous rajoutez à la liste Michel Sapin (Secrétaire national à l’Economie), ou encore Anne-Hidalgo (… à la Culture)… Bref, tous ces éminents « cerveaux » qui ont construit le projet socialiste actuel, et qui promettent à qui veut bien les entendre, qu’ils vont en rédiger un nouveau.

En fait, non. Les citoyens ne s’interrogent plus : ils doutent. Une simple réorganisation des organigrammes ne peut manifestement pas suffire, meme si elle porte en son sein l’alternance au poste de Premier Secrétaire. Oui, la communication va changer. Non, le style ne sera plus le meme. Certaines convictions seront accentuées, d’autres seront atténuées. Les méthodes militantes seront rénovées, les sections seront re-découpées (c’est déjà le cas, au moins à Aix), les interviews viseront des visages moins habituels. Mais le fond ? La substance intellectuelle qui initie les analyses et proposent les réponses ? Quelle est cette étrange « révélation mystique » qui a subitement frappé nos « intellos » socialistes au point de les faire renoncer à ce qu’ils croyaient juste il y a quelques semaines à peine ?

Les citoyens ne doutent plus : ils sont surs. Le Congrès de Reims va effectivement changer le Parti socialiste, mais uniquement sur la forme, c’est-à-dire sur tout sauf l’essentiel. Ils pensent sans doute que si les Français leur ont préféré Nicolas Sarkozy en 2007, et Jacques Chirac avant lui, c’est uniquement parce qu’ils ont fait leur choix à partir d’une « image », un phrasé, un lancé de « slogans » bien trouvés… que si Ségolène Royal emporte d’une courte tete la majorité (très) relative du parti, c’est parce qu’elle est avant tout un produit médiatique que n’était pas François Hollande… qu’il suffit de changer la distribution pour changer la pièce.

Vous allez me trouver ma question un peu polémiste, mais bon, la sensation est bien réelle : ils seraient pas un peu convaincus, au PS, que nous sommes tous des idiots ?  

Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cyril 18/11/2008 21:42

Un parti de 100 ans ne meurt pas comme ça. Les municipales aixoises auriant du vous apprendre que les gens votent pour des étiquettes et ont des "reflexes" politiques...fortement ancrés au delà de la conjoncture politique..Combien de fois depuis mars ai je entendu que les gens savaient que tel ou tel était pourri, que tel ou tel n'était pas  vraiment de gauche etc...mais il avait l'étiquette ps. Et donc l'histoire derrière lui. Désolés camarades on ne peut pas faire du passé table rase...Et avant que les citoyens prennent l'habitude de voter pour un autre ou conçoivent l'alternative..combien de temps ????

HDP 18/11/2008 00:21

Effectivement, la bête bouge encore, mais pour combien de temps dans cet état moribond !Le congrés de Reims nous a offert une image déplorable du personnel politique de notre pays.Vivement le coup de balai salutaire, place aux nouvelles générations qui espérons le, sauront redonner du panache à l'action politique en tenant compte des erreurs du passé.Ceci concerne bien entendu tous les partis sans exceptions, modem compris !

Benoit PETIT 16/11/2008 19:11

Une scission partisane, peut etre pas tout de suite... je reconnais a Mélanchon un courage politique et une cohérence idéologique que je ne retrouve pas chez les autres éléphants qui restent au PS après Reims... ils s'accomoderont encore, et jusqu'au dernier souffle du PS, de leurs désaccods pour maintenir la machine électorale autant que possible.En revanche, hémoragie des militants et des sympathisants : je le crois profondément. Ils iront pas tous au MoDem, d'autres oui... mais en tout cas, ils se détourneront d'un parti qui se livre à ce point dans le culte de la desespérance et de la guerre des personnes. Le PS n'est pas encore mort... mais il vit ses dernières années.

HDP 16/11/2008 19:01

Va t'on vers une scission du parti socialiste tant les rancunes et les intérêts personnels sont devenus les seules véritables conclusions de ce congrés de Reims.Mélanchon a ouvert la voie, à qui le tour maintenant ?