L'Ecologie politique doit assumer sa désunion pour assurer son salut !

Publié le par Benoit PETIT


http://farm2.static.flickr.com/1208/1365841609_6a5e6b1aa1.jpg?v=0


Quels que soient leurs cultures politiques et leurs sensibilités, tous les écologistes savent que l'essentiel des enjeux qu'ils défendent se jouent au niveau de l'Europe. C'est vrai s'agissant du changement climatique, de la reconversion énergétique ou encore de la sécurité sanitaire ; c'est aussi vrai s'agissant de la lutte contre les pesticides, contre les OGM ou contre le développement des industries polluantes (sans compter, biensur, les enjeux de la biodiversité, de la gestion de l'eau ou encore des transports). Ainsi, bien plus que pour les autres familles de pensée politique, les prochaines élections européennes seront décisives pour l'avenir de l'écologie politique : la future mandature communautaire portera en effet un projet de société dont les implications économiques, industrielles, sanitaires et environnementales paramètreront l'action et la pensée écologistes de demain.

Face à l'ampleur des enjeux, le premier réflexe - qui semble, en apparence, relever du bon sens - est d'appeler à l'Union des écologistes, afin qu'ils constituent, au-delà de leurs différences de sensibilités, une seule et unique liste aux élections de juin. Du reste, depuis les années 1990, cette revendication d'unité ne cesse de croitre parmi les militants et l'opinion, et c'est sans doute autour de cette idée de rassemblement qu'est né le (bref) "phénomène des 10% de Nicolas HULOT" à la fin de l'année 2006... à l'évidence, il existe une demande d'unité de la part de la base écologiste (et au-delà) qui n'est pas satisfaite ; et le paradoxe de son insatisfaction est d'autant moins compréhensible que l'opinion mondiale réalise enfin l'importance du "développement durable" et des enjeux écologiques... nos égos d'écologistes sont-ils à ce point exacerbés que nous ne parvenions pas à saisir cette opportunité historique ? Je ne crois pas que celà soit vrai. Je pense meme que l'unité serait une erreur.

Une erreur parce que la cause écologiste n'a plus le temps de poursuivre son "mythe". Nous nous sommes déjà tous réunis - Verts, CAP 21, Greenpeace, Fondation Nicolas Hulot, WWF, Fac Verte... - plusieurs fois meme à la rentrée 2006 (les Universités d'Eté des Verts à Coutances, suivies quelques jours plus tard par l'Université d'Eté de CAP21 à Saint Denis)... en vain ! Et l'on ne peut pas rejeter la faute sur les appareils politiques et leur incapacité à s'interconnecter... puisque le premier à avoir souhaité bruler les étapes (pour mieux bruler le projet) est Nicolas HULOT. Ce dernier a eu la faiblesse, l'orgueil, de penser qu'il pouvait imposer son "leadership" par les médias, sans avoir à réfléchir à un vrai projet politique (relisez les principes du "Pacte Ecologique", vous en conviendrez : c'est une substance écologiste bien maigre !!).
Le fond du problème est donc simple, et il est grand temps de s'en rendre compte : nous ne parvenons pas à nous unir, parce que nous le refusons. Nous le refusons, parce qu'entre nous, il n'existe aucune cohérence d'ensemble en dehors, peut-etre, de la sphère des "solutions environnementales". Mais dès que nous parlons d'économie, d'Europe, de Laicité, de social... bref, de tout le reste de ce qui est essentiel, nous ne nous comprenons plus. Nous ne pensons pas le monde et la société de la meme manière. Et les frontières entre nous sont bien plus complexes que ce que ne laissent supposer les clivages partisans.

Je le dis en toute amitié à ceux qui soutiennent les "listes Europe-Ecologie" menées par Daniel COHN-BENDIT. Si l'intention est belle, l'action est illusoire et parfaitement inefficace. Lorsqu'il s'agira de traiter de la politique de concurrence, de l'organisation du Marché commun, des migrations de populations, et plus généralement de tous les sujets qui concernent le capitalisme et l'économie de marché, qui peut croire qu'écologistes anti-capitalistes et écologistes socio-démocrates seront d'accords ? Qui peut penser que Dany, José BOVE, Michèle RIVASI ou encore Jean-Paul BESSET ont la meme vision économique du monde ??
Une chose est certaine s'agissant du XXIe siècle qui s'ouvre : ce siècle sera celui d'un changement majeur de civilisation, dont les objectifs doivent certes etre d'atteindre l'excellence écologique, mais dont les moyens seront avant tout économiques. La relance que nous devons initier n'a pas pour ambition de simplement sortir de la crise actuelle ; elle doit nous conduire à la révolution de l'Humanité, sa culture et son approche des relations (commerciales et solidaires) entre les individus. L'écologie politique est condamnée à assumer sa scission, sur les bases de ses différentes pensées économiques. A défaut, elle restera contrainte à n'etre qu'un ensemble de bonnes intentions que l'on transcrit dans le débat politique, mais qui n'a pas assez d'envergure sociétale pour devenir majoritaire.

La campagne des européennes révèle deux reves différents pour l'écologie politique. Le premier, celui porté par les candidats d'Europe-Ecologie, est de s'unir facticement pour atteindre ce fameux plafond des 10-12% des voix. Le second, porté par les écologistes du Mouvement Démocrate (Jean-Luc BENNAHMIAS, Corinne LEPAGE, Yann WERLING), est d'assumer la désunion, associer l'exigence écologique à une doctrine économique et sociale plus globale (en l'occurence, la social-démocratie), et viser dans ces conditions la majorité politique. Les puristes de l'écologie politique préfèreront sans doute le premier reve, espérant que le 12% atteint (s'il est atteint un jour), pourra devenir un 20% dans 30 ans, et une 35% dans 60 ans... mais soyons pragmatiques : nous avons moins d'une décennie devant nous pour prendre les bonnes décisions pour la Terre. Seul le deuxième reve, celui des écologistes du MoDem, est susceptible d'aboutir à temps...


Publié dans Archives

Commenter cet article

Achim 17/04/2009 16:21

Excuse le hors sujet, de toute façon, sur ce chapitre je suis en accord total avec toi, mais je suis démoralisé par la pendule "final count-down" que tu viens d'installer sur ton blog. Cela ne passe pas  assez vite ! Mais lorsque j'ai vu qu'elle était reglé sur le dimanche 20 mai 2012 à 23h59  j'ai compris qu'on pouvait gangner presque 4 heures!  Je pense qu' à 20.00 on aura le resultat . On prend Rdv dans quel bistrot ?

Thy Wanek 11/04/2009 16:03

Bien vu ! Pour être sur je suggérerais de ne pas faire à l'écologie la place qu'on a indûment faite à l'économie. Histoire de ne pas se planter encore une fois...