Bayrou vs. Cohn-Bendit : avantage Sarkozy !

Publié le par Benoit PETIT


http://www.newsoftomorrow.org/IMG/jpg/sarko-acteur.jpg


L’échange d’hier soir entre François BAYROU et Daniel COHN-BENDIT ne marquera sans doute pas les annales de la politique. C’est le moins que l’on puisse dire… D’autant que le plus désolant dans cette affaire est que l’un et l’autre sont amis (si, si) et surtout complémentaires : même amour pour l’Europe, vision sensiblement proche de son avenir et de son fonctionnement démocratique, conscience des enjeux écologiques et du potentiel du concept de développement soutenable (Jean-Luc BENNAHMIAS et Corinne LEPAGE, tous deux vice-présidents du MoDem, ainsi que Yann WEHRLING, lui aussi au MoDem, sont aux côtés de BAYROU pour en témoigner)… Alors que s’est-il passé pour que, sous l’effet d’annonce de quelques sondages de fin de campagne, l’un et l’autre s’invectivent de la sorte ?

 

Objectivement, je donne raison et à Dany, et à Bayrou, quant à la pertinence globale de leurs propos. Là où le format de l’émission organisait une contradiction médiatique, en réalité il y avait connexité. Bien sur que ces élections européennes sont importantes au regard d’abord de l’enjeu Européen (quel prochain Président de la Commission ? quelle réponse aux défis énergétique, rural, sanitaire, écologique, économique… ? comment promouvoir une réelle responsabilité sociale de l’entreprise et une éthique du marché ?), mais comment ne pas voir que la principale menace qui pèse sur l’Europe est la montée en puissance d’une part des forces néo-conservatrices et moralistes, d’autre part les lobbies industriels traditionnels ? En d’autres termes, le courant politique mondial dans lequel s’inscrit le sarkozisme et son action politique – locale, nationale et européenne – EST le principal obstacle qui compromet l’avancée, dans le sens du développement durable, des dossiers européens.

 

Personne ne doit jouer les faux-dupes. La forme de cet échange était exécrable, et personnellement, je considère que les attaques contre des supposées connivences politiciennes entre Dany et Sarko étaient exagérées (voir abusives). Que François BAYROU dise que le « système politique » mis en place par le Président de la République repose avant tout sur la division de ses oppositions, et qu’en conséquences toutes les attaques que les uns adressent aux autres – qu’ils soient MoDem, PS ou Europe écologie – profitent à l’Empereur est tout simplement juste. Qu’il dise aussi que certains instituts de sondage et certains médias sont, eux-aussi, des acteurs clés de ce système politique, notamment dans la diffusion des informations et l’interprétation des chiffres est également une chose juste.

Mais il n’est pas juste d’aller au-delà. Daniel COHN-BENDIT n’est pas un suppot de l’Elysée, il n’a pas mis volontairement son énergie politique pour asseoir la réelection de Nicolas SARKOZY, et il est et reste un homme politique respectable, qui a (je l’espère) encore beaucoup à apporter au débat politique français.

 

Le seul reproche politique « de fond » que je formule à l’encontre de Daniel COHN-BENDIT, de Michèle RIVASI (candidate Europe Ecologie Sud-Est) et de l’ensemble de leurs listes est de vouloir donner l’illusion de la cohérence entre toutes les familles de l’écologie politique. Je l’ai écris dans ce blog : c’est non-seulement une contre-vérité, mais c’est surtout une erreur stratégique qui compromet l’avancée des dossiers majeurs qui nous préoccupent. Non, il n’est ni juste ni efficace de laisser croire que les écologistes anti-capitalistes et/ou décroissants (José BOVE en tete) proposent la meme vision économique et sociale de l’Europe que les autres écologistes. Ce n’est pas parce qu’il existe entre plusieurs courants un socle commun de valeurs et de convictions (sur les OGM, les transports, l’énergie, les NTE, la défense de la santé…) que pour autant, les politiques conçues pour réaliser ces convictions sont identiques, voir même compatibles.

Or les électeurs exigent de nous de la cohérence. Pas celle médiatique, de façade, qui place les idées au second plan par rapport à l’image d’une supposée union. Soyons sérieux un instant : l’union, les écologistes ont passé le plus clair de leur temps ces dix dernières années, à la trouver… en vain ! Et pendant ce temps là, nous avons perdu du temps à créer d’autres ponts avec des familles politiques qui certes ne viennent pas de l’écologie, mais qui, unies à nous sur d’autres formes de cohérences (économiques et sociales notamment), peuvent permettre à nos idées et à nos convictions de croître. La vraie cohérence exigée par les Français – au-delà de ces élections européennes – est celle du projet, écrit par des mains diverses mais compatibles, et qui répondent à toutes les dimensions d’un projet de société (l’environnement et la santé bien sur, mais aussi l’économie, les politiques sociales et de solidarité, le développement des réseaux de proximité, le rapport à la sphère privée…).

 

Finalement, peu importe cet échange désagréable entre deux personnalités politiques importantes qui devraient travailler la main dans la main. Malgré le résultat des urnes dimanche soir, il n’y aura ni vainqueur, ni vaincu, ou du moins, ceux désignés par les chiffres n’auront aucune pertinence. Les vraies questions restent posées, aussi bien au MoDem, aux Verts, au PRG, au PS et plus généralement à l’ensemble des républicains de ce pays : comment allons nous nous organiser pour proposer aux Français l’alternance efficace dont le pays aura besoin en 2012. Sur ce point, je rejoins entièrement l’analyse de François BAYROU… Mais prenons garde (et lui en tête) à ce que les dissensions partisanes et les querelles de leadership nous dévient de notre seul objectif. A l’Elysée, ils comptent sur elles pour gagner l’ingagnable !   

    

 

Publié dans Archives

Commenter cet article

warguin 06/06/2009 20:40

Bonsoir,
Je ne trouve pas de mail sur votre blog, et me permets donc d'utiliser les commentaires. Juste pour vous prévenir que, journaliste à La Tribune du Sud, je mentionne l'un de vos billets dans un article passant en revue l'actualité des blogs (à paraître demain dimanche)Bien cordialementPaul Warguin

Achim 06/06/2009 17:18

Oups,,, moi aussi je suis à moitié allemand, je ne devrait peut-etre pas ecrire ici , à écouter  la" commenteuse" précédente. J'aimerais lui rappeller qu'il s'agit d'éléctions européennes, et que c'est encore plus génial si élus et électeurs se mélangent sur notre continent. Qu'est- ce qu'elle aurais dit si Eva Joly avait été sur les listes de Bayrou, comme longtemps espéré ....

DROUHIN 06/06/2009 15:39

bonjourje suis très contente d'être abonnée à votre blog. Je suis adhérente MODEM, avant UDF.. et suis allée à SEIGNOSSE pour l'investiture du parti en 2007. Vos remarques sont souvent pertinentes. En revanche, je ne suis pas du tout d'accord avec vous concernant D.Cohn Bendit -ou plutôt BANDIT. J'ai bientôt 66 ans et ai donc "subi MAI 1968" avec les exactions qui se sont passées Je suis parisienne - vous n'avez pu vu voler les grilles d'arbre sur la g.. des CRS sur le bld St Michel - les lâchers de bombes au chlore..qui faisait que l'air était irrespirable.. et pendant ce temps le DCB faisait le guignol à NANTERRE où il a manipulé les étudiants..²c'est d'ailleurs lui qui en a tiré les marrons du feu.. ce triste sire a toujours été un sous marin -une taupe - et il est avant un ignoble individu qui ne pense qu'à lui.. parfois il est français - car né en France - pafois allemand.. la seule chose qui l'intéresse c'est sa "g".. il n'a aucune convition politique..d'ailleurs ne s'est- il pas rapproché des "verts italiens pour leur donner comme consigner de  vote pour les listes du "cavaliére"... cela F.BAYROU aurait dû le dénoncer.. quant à l'écologie, il n'en a rien à faire..BOVE a voté non en 2005, lui par opportunité OUI . Quant à E. JOLY elle est franco-norvégienne.. et la norvège refuse d'adhérer à l'Europe.. elle ferait mieux d'essayer de convaincre son pays d'adhérer que de se présenter sur une liste avec un tel personnage. ..F. BAYROU est trop "bien éduqué" quant à moi, il aurait proféré de telles paroles à mon encontre :il aurait reçu les mêmes réponses.. Je vous précise que je suis une femme.. je n'ai jamais manié la langue de bois.Avec DCB il n'y a pas de gants à prendre..F. BARYOU a fait allusion lors du meeting du 3 JUIN que des menances seraient proférées à son encontre. Il gêne. et de plus Sarkozy veut sa tête.Cordialement

Achim 05/06/2009 17:31

"trop cons" ecrit Cyril, et il n'a pas tort dans son analyse. On retient tous notre souffle jusqu'à dimanche soir en espérant que cet ''épisode" n'ait pas fait trop de dégats, mais je crains le pire. Dès lundi, les mouchoirs ou les couteaux vont sortir des poches ou placards.  On aura droit à des reglements de comptes au lieu de la clarification tant attendue, c'est navrant.