Ahhh... et si nous devenions un peu plus Norvégiens !!

Publié le par Benoit PETIT


Après dépouillement de 99,9% des voix, le Premier ministre norvégien de centre gauche Jens Stoltenberg a revendiqué la victoire de sa coalition aux élections législatives de lundi. (Reuters/Heiko Junge/Scanpix)

Après dépouillement de 99,9% des voix, le Premier ministre norvégien de centre gauche Jens Stoltenberg a revendiqué la victoire de sa coalition aux élections législatives de lundi. (Reuters/Heiko Junge/Scanpix)


Ah ! Si seulement nous étions Norvégiens... pour la première fois de l'Histoire de la Norvège, la coalition au gouvernement vient d'être reconduite, dans les urnes, pour un second mandat. Et devinez quoi ? Cette coalition rassemble le Parti Travailliste, le Parti socialiste de gauche (on ne peut pas faire plus explicite... ) ... et .... le parti du centre. A croire que ce genre de majorité fonctionne plutôt pas mal !
Rendez-vous compte ! Même la bourse d'Oslo a saluée la nouvelle, affichant une légère hausse qui démontre toute la confiance que les entreprises accordent à cette union.

Bon sang ! Mais alors c'est possible un pays où les gens sont heureux, contents de leurs gouvernants, confiants dans l'avenir ? Un pays qui est capable de dire à la droite que non ! Il n'est pas envisageable de réduire les dépenses publiques impunément, uniquement au nom du dogme de l'anti-dette", surtout lorsqu'il s'agit de la protection sociale, de la santé, de l'école, de la Justice, de la Recherche ou encore de la Culture. La Norvège refuse même de privatiser !! Fou non ? Et bien pas du tout : les nordistes de l'Europe (nota : le continent, pas Union Européenne) ont compris que l'intervention publique et l'Etat-Providence sont des atouts pour sortir de la crise, et même pour construire une croissance durable quand la reprise sera là.
L'on m'objectera qu'étant un pays producteur de pétrole, ils disposent d'une manne financière capable de soutenir le poids de la sphère publique... Ben ça aurait pu être une explication, sauf que voilà : la coalition gauche-centre norvégienne a fait campagne sur une ponction très modérée de l'argent du pétrole. Leur organisation économique et publique est unie par une impressionnante cohésion sociale. Les entreprises comme l'Etat, chacuns à leur manière, oeuvrent dans une même direction : le progrès de la société. Du coup, chacun contribue à l'intérêt général, à la hauteur de ses capacités...  une économie sociale de marché !

Oh. J'oubliais presque : la coalition réélue s'est engagée à ne pas prospecter de nouvelles zones de forage pétrolier en Arctique, pour préserver l'environnement et défendre les marins pêcheurs. Soupir quand on voit l'actualité française... pourquoi on en a pas, nous, des gouvernements intelligents et engagés ?! Bon, il faut dire que même la droite norvégienne est hostile à ouvrir les vannes du pétrole. Ce qui dénote une droite bien différente de la notre... Qui peut croire que si la France était productrice de pétrole, Sarko s'abstiendrait de tirer sur la mule pour financer sa piètre relance. Il suffit de voir comment la "french-droite" se comporte avec sa production nucléaire... Non ! Franchement. On envie la Norvège pour sa droite bien plus responsable que la notre.

Une coalition gauche+centre...

... si les Norvégiens trouvent que c'est le pied, alors pourquoi ne pas suivre leur exemple ? Il n'y a pas que l'Italie en Europe... il y a surtout des pays, là haut tout au nord, qui sont heureux... Eux !

Publié dans Archives

Commenter cet article

Carole VIGNAL 17/09/2009 14:49

Il ne faut jamais cesser d'espérer, cela n'empêche pas d'être réaliste et de comparer ce qui est comparable. La situation de la Norvège n'est en rien comparable à celle de la France à tous points de vue : politique, démographique, économique. Le régime norvégien est une monarchie parlementaire où le gouvernement de coalition est la règle (du fait des modes de scrutin assurant une meilleure représentativité des différents courants politiques) et non une exception comme en France où la coalition est vécue comme une anomalie et un échec (et c'est bien dommage, je suis bien d'accord).Si seulement nos politiques français pouvaient quitter l’âge de la pierre de la politique pour enfin appréhender les grands enjeux du 21ème siècle  et être des politiques RESPONSABLES: vaste programme !!!! Ca tombe bien c’est celui du Mouvement Démocrate, à nous de faire le boulot !!