"PADD" d'Aix [1ère partie] : un état des lieux hallucinant et (très) incomplet

Publié le par Benoit PETIT


PDF - 1.7 Mo



Dix ans après le vote de la loi « SRU » qui l’institue, la municipalité se décide enfin à lancer son Plan local d’urbanisme (« PLU »). Mieux vaut tard que jamais, me direz-vous, surtout quand on observe toutes ces catastrophes urbaines qui ont été soit réalisées (ex. la Duranne) soit planifiées (ex. le Montaiguet) au cours de cette décennie de carence… mais bon, passons. L’important aujourd’hui est de nous concentrer sur l’avenir, et de faire en sortes qu’une vision globale et cohérente du développement d’Aix émerge enfin, dans le respect de ses habitants et de leur environnement.


Monter un « PLU » prend du temps. Il faut passer par un certain nombre d’étapes, dont l’une des premières est l’élaboration du Plan d’aménagement et de Développement durable (« PADD »). Ce document est essentiel, car il exprime le projet de la Ville en matière de développement économique et social, d'environnement et d'urbanisme à l'horizon de 10 à 20 ans. En d’autres termes, il s’agit du cadre à l’intérieur duquel le « PLU » sera conçu. C’est, en quelques sortes, l’acte réellement fondateur de la démarche. Ce « PADD » est aujourd’hui disponible. Et le moins que l’on puisse dire est qu’il surprend son lecteur, particulièrement celui qui a attentivement suivi les innombrables péripéties de la vie politique aixoise.

 


Classiquement, le document se structure en deux parties : d’une part le constat (objet de ce premier post), d’autre part les intentions déclarées (objet d'un prochain post). Sa lecture est abordable. Les informations qu’il contient sont instructives. Assurément il s’agit d’un document politique, qui doit donc être analysé et commenté comme tel… particulièrement dans la période actuelle où, quelques mois à peine après l’élection municipale 2009, il est possible que le Conseil d’Etat annule une seconde fois ce scrutin. Rien donc de ce qui sort du cabinet de Mme JOISSAINS n’est anodin. Surtout pas ce « PADD » !

 

Une fois terminée la lecture de la première partie (le constat), je dois vous avouer que j’avais l’impression d’avoir loupé un épisode, que dis-je, une saison entière ! Maryse JOISSAINS aurait-elle subitement rejoint sa propre opposition ? D’une façon purement hallucinante (et culotée), ce qui est écrit sur 14 pages n’est rien d’autre que la reprise presque mot pour mot d’une grande partie des critiques que l’opposition a opposée à la Mairesse lors des deux précédantes élections de 2008 et 2009. Elle qui avait martelé partout dans la Ville que son bilan était irréprochable, que plus écolo qu’elle y avait pas, que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, écrit désormais dans son « PADD » :


 

« En dehors des grandes opérations d’aménagement urbain des années 1960-70, (…) qui se sont réalisées pour l’essentiel sur les friches industrielles disponibles ou quelques grandes unités foncieres, l’extension de l’urbanisation s’est déroulée de manière plus spontanée que planifiée, en fonction des opportunités foncières, maintenant de plus en plus rares pour des opérations de taille significative, et avec une forte proportion d’habitat diffus (zones NB) sur de vastes secteurs dépourvus des équipements de base (eau potable, assainissement, voirie de desserte…) » (page 3)

 

« La pérennisation de ce cadre paysager exceptionnel n’est cependant pas compatible avec la poursuite d’un processus d’urbanisation comparable à celui des dernières décennies, (sur les dix dernières années, le volume de construction de logements en secteur diffus est quasi-équivalent à celui réalisé dans les opérations d’aménagement) qui pourrait conduire à très court terme à la perte de cette identité. Il n’est donc pas trop tard, mais il est urgent d’intervenir sur ce sujet. » (page 6)

 

« Depuis les années 1970, le développement d’Aix-en-Provence est donc d’abord économique. Ce dynamisme s’est encore renforcé au cours de la dernière décennie. (…) Mais dans le domaine du logement, sur la même période, la construction est restée stable en Pays d’Aix et a baissé dans la commune : 551 logements autorisés par an en moyenne entre 1999 et 2006, chiffre en baisse de 32% par rapport à la période 1990-1999. Le dynamisme économique ajouté à une baisse notable de la taille des ménages (1,96 en 2006), et aux besoins en matière de logements étudiants et sociaux, ont produit une pression évidente sur un parc de logements encore insuffisamment diversifié, et un accroissement des problèmes de déplacement de par l’éloignement du domicile. L’habitat locatif privé est marqué par une certaine rotation ainsi que des prix élevés et en augmentation. La sélectivité induite par l’attractivité de la commune pourrait à terme menacer son dynamisme. » (pages 8 et 9)

 

« L’envahissement du centre-ville par la voiture est aujourd’hui manifeste ; il est lié à deux facteurs essentiels : l’attractivité propre du centre historique, renforcée par une offre massive de stationnement souterrain et sur voirie, avec en contrepoint, une offre de stationnement périphérique peu développée, et un réseau de transports en commun encore largement perfectible en terme de structuration et de protection par des voies réservées. » (page 10)

 

« Le centre historique (70 ha), remarquable pour son patrimoine et son urbanité, identifie la ville et concentre les attentions. L’opération de renouvellement urbain de Sextius-Mirabeau l’a ouvert et étendu vers l’Ouest. Mais en dehors de cette opération, l’animation centrale peine à se diffuser par-delà une ceinture de boulevards peu amènes, aux quartiers de la première couronne » (page 13)

 

« L’ensemble la Duranne - Petit Arbois - Plan d’Aillane - ZA des Milles – Pichaury - La Robolle, avec un potentiel de15.000 à 20.000 habitants et 30.000 emplois, présente la taille d’une ville sans ses attributs . C’est un territoire fragmenté par les infrastructures routières » (page 13)

 


Alors de deux choses l’une : soit Madame JOISSAINS a enfin sincèrement compris que son bilan depuis 2002 était tout simplement catastrophique, soit elle se fout carrément de nous ! J’opterais plutôt pour la seconde option… En fait la manœuvre est subtile, presqu’habile : si nouvelle annulation il doit y avoir, elle a tout intérêt à « assécher » l’argumentaire de ses opposants. Plutôt que de continuer à nier bêtement les carences et lacunes de son bilan - comme elle l’a si bien fait en 2008 et 2009 - Madame JOISSAINS change désormais son fusil d’épaule, reconnaît officiellement les problèmes (sans toutefois les assumer directement, chacun remarquera) et fera campagne sur son intention de résoudre tout ça fissa, si les électeurs le lui permettent. A tout le moins, on peut dire qu’elle a compris qu’elle avait eu très (très) chaud l’été dernier, que son discours du « mon bilan est parfait » avait du mal à convaincre les Aixois (et pour cause !!), qu’il fallait donc, en urgence, communiquer différemment.

 

Mais tout ceci n’est que de la com’, au travers laquelle ne transpire aucune once de sincérité. Cette nouvelle stratégie repose entièrement sur la conviction que les Aixois ne s’intéressent pas aux détails de la vie municipale, qu’ils oublieront vite qui a pris les mauvaises décisions, et qu’au contraire, ils se laisseront bernés par ce nouveau discours qui, en apparence, se veut honnête, franc et volontariste. En somme, s’ils devaient être à nouveau convoqués aux urnes, les Aixois la rééliraient parce qu’ils sont des crétins… ben voyons ! Faire preuve d’autant de mauvaise foi, d’opportunisme, d’irrespect à l’endroit des gens est tout bonnement intolérable… les stratégies politicardes ont leur limite !

 

 


Et si je me trompais ? Et si, effectivement, ce « PADD » était l’expression d’une prise de conscience sincère ? Personne n’y croit, mais peu importe, envisageons l’hypothèse théorique.


Tout d’abord, il me semble que lorsque l’on est à ce niveau-là d’autocritique vis-à-vis de son propre bilan, après 8 longues années de pouvoir absolu sur la Ville, la moindre des choses serait de démissionner. C’est une chose de dire que l’on s’est magistralement planté, c’en est une autre que d’assumer pleinement les conséquences de ses erreurs. Sans doute une différence liée à la conception que l’on a de l’éthique en politique…


Mais surtout, même si le revirement était sincère, même si l’autocritique est justifiée (à défaut d’être complète… il y a tant d’autres choses que l’on peut reprocher à la gestion municipale de Madame JOISSAINS), ce « PADD » est et reste absolument insuffisant quant au constat !

 

 

Rien sur l’impact des infrastructures actuelles de transport sur la santé ;

Rien sur l’empreinte écologique et sanitaire des procédés et matériaux de construction qui sont utilisés pour le développement urbain

Rien sur l’état hautement dégradé de nos rivières et sources d’eau

Rien sur l’évaluation des dégats causés par les pesticides et les pollutions diverses sur nos terrains agricoles

Rien sur l’effondrement de la qualité de vie de nos étudiants et, plus généralement des jeunes générations

Rien sur l’augmentation de la pauvreté et de l’exclusion sociale à Aix

Rien sur les relations entre Aix et les territoires voisins


… etc … j’arrète là l’énumération, pour éviter que la liste ne déborde de votre écran

 


 


Et l’on ose appeler ce document un « Plan d’aménagement et de DEVELOPPEMENT DURABLE » ?? Tout au plus, nous avons là un rapide condensé de toutes les principales critiques que les Aixois s’échangent depuis 8 ans à l’endroit de Madame JOISSAINS et de sa gestion. Voila tout. Je me demande même si, à la Mairie, ils ont eu le réflexe d’aller se replonger dans le « Pacte Ecologique » du Dr. Patrice HALIMI, car s’ils l’avaient fait, ce « PADD » aurait du avoir une autre substance que celle là !

 

Dès lors, pour vous le dire franchement, je me contrefous un peu de savoir si, oui ou non, ce document exprime une prise de conscience sincère de la part de Madame JOISSAINS vis-à-vis de son mauvais bilan. Car ce que les 14 premières pages de constat m’apprennent avant tout, c’est qu’elle n’a toujours pas compris ce qu’était le développement durable, la complexité des enjeux qui y sont attachés, et la profondeur de l’analyse qui devait être menée pour faire les choses bien. Y a peut-être un petit mieux (peu sincère) dans le discours, mais en fin de compte, objectivement, nous restons très très loin du compte !



- LA SUITE PROCHAINEMENT -

   

Publié dans Archives

Commenter cet article

ghislaine GALLAND 18/03/2010 10:48


élue à TARASCON (13), je souhaite adhérer à CAP 21. cORDIALEMENT


Benoit PETIT 27/03/2010 00:44


Bonjour. Je viens de prendre connaissance de votre message aujourd'hui (26 mars). Je vous propose de me contacter par email sur  benoit.petit@live.fr  . Je serais heureux de pouvoir
répondre à vos questions sur CAP21, et vous orienter vers notre délégué départemental Achim GERTZ.


Benoit PETIT 15/02/2010 16:33


2010, 2014... peu importe quelque part. L'important, c'est que nous soyons prêts à offrir aux Aixois une alternative crédible, efficace et démocratique. Nous l'étions
en 2009, nous le sommes en 2010 et nous le serons encore plus en 2014... au Conseil d'Etat maintenant de faire son boulot - à savoir dire le droit - !! Pour notre part à tous, opposition, nous
continuons le travail de fond qui est de notre première responsabilité !



Fleur Skrivan 15/02/2010 15:15



Benoît, je partage ton constat.
Maryse Joissains ose tout, surtout les revirements les plus fous...rien ne l'arrête, persuadée qu'elle est (à l'instard de son grand chef Nicolas Sarkozy) que "plus c'est gros, plus ça passe et
que les gens oublient tout de toute façon"...Revirements, reniements, approximations, atermoiements et dérapages divers caratérisent Mme Joissains et son équipe depuis 2001. Il est temps qu'une
page se tourne, vraiment. Une nouvelle possibilité s'offrira peut-être aux Aixois avec la décision prochaine du Conseil d'Etat. Souhaitons-le et donnons-nous, collectivement, les moyens de
gagner ces élections partielles...au risque de devoir attendre 2014 +_+



Benoit PETIT 15/02/2010 14:22


Absolument Nicolas. Nous entrons dans une phase pathétique de grossière manipulation, ce PADD ne faisant que prolonger ce que nous constatons sur tellement d'autres
dossiers majeurs de la Ville.
Mais les Aixois comprendront très vite la fraude du discours...

Il est vraiment grand temps d'écrire une nouvelle page politique pour Aix.

PS - Je vous recommande la lecture du blog de Nicolas BLANC... En voila un qui sait mettre son énergie militante au service des Aixois, en politique, dans les CIQ et au sein du syndicalisme
étudiant !


Nicolas BLANC 15/02/2010 13:28


Cette tentative de manipulation n'est malheureusement pas une première. Que dire du projet de gare routière au point mort... Un retard suite à l'annulation? Faux, un revirement de position de Mme
le maire qui a compris que son projet de départ était non seulement pharaonique mais qu'il allait asphyxier et engorger toujours plus le centre ville. Hors que fait aujourd'hui Mme Joissains? Elle
vient, comme pour le PADD, sur les propositions de l'opposition, en reprenant à son compte l'idée d'Aix Pour Tous en 2008 et de TEPA en 2009 d'un pôle d'échange au plan d'Aillane et de pôles
secondaires aux différents points cardinaux de la ville.
Non ces gens là n'ont vraiment honte de rien. Pour s'en rendre compte il n'y a qu'à voir dans quelles conditions se déroulent des élections municipales à Aix...