Plainte contre le Chevalier orange... la liberté d'expression en question !

Publié le par Benoit PETIT




L'actualité de la blogosphère "MoDem" me pousse à revenir sur le phénomène du "Chevalier orange". Pour celles et ceux qui n'ont pas suivi le roman feuilleton, je vous la fait courte : un candidat sur la liste MoDem Ile-de-France, M. Jacky MAJDA, a décidé de porter plainte contre le bloggeur impertinent, sous prétexte qu'il s'est senti diffamé dans les colonnes du Chevalier. Dont acte : aux instances judiciaires de se prononcer désormais sur les faits de la plainte. Mais d'une manière générale, cette contre-offensive tend à me donner raison sur les analyses que j'ai livré ici, il y a quelques jours à peine, notamment sur l'intégrisme de l'engagement de certains militants, et sur l'incapacité de notre époque à supporter la moindre démarche pamphlétaire.

Que les choses soient très claires. Le fait que je défende le Chevalier orange ne veut pas dire (loin s'en faut) que je souscris à toutes ses analyses. Par exemple, je ne suis absolument pas d'accord avec ce qu'il écrit sur Corinne LEPAGE, et encore moins sur ce qu'il a pu écrire sur François-Xavier de PERETTI ou Jean-Luc BENNAHMIAS. Mon sentiment sur ces personnes est non-seulement fondé sur l'amitié que je leur porte, mais aussi sur ce que j'ai pu constater de mes yeux, sur leur manière de travailler, sur leurs idées, sur leurs engagements et, bien évidement, sur leurs actes dont j'ai été le premier des témoins. Mais le fait que je ne sois pas d'accord avec le Chevalier lorsqu'il brocarde mes proches, me donne-t-il pour autant le droit de chercher à le faire taire par voie judiciaire ? Est-ce une raison suffisante pour invalider par principe tout le reste de ce que le Chevalier écrit, et notamment ses critiques contre le mode de gouvernance et la stratégie politique du MoDem ?

Le Chevalier orange est un pamphlétaire qui, sous le prisme d'un humour grinçant, parfois noir, souvent cynique, quelques fois caricatural, livre son approche personnelle des sujets qu'il traite. Au-delà de cet humour (que l'on peut ne pas partager, tous les goûts étant dans la nature), il pose plusieurs questions : la première "peut-on rire du MoDem et de ceux qui, publiquement, le représentent ?" ; la seconde "peut-on critiquer les modes de fonctionnement du MoDem et de ceux qui, publiquement, le représentent ?". Deux problématiques qui sont, à mon avis, centrales pour un parti qui se dit "démocrate".

Alors j'entend bien les arguments de ceux qui sont directement brocardés. Le fait de rire et de critiquer ne justifie pas que l'on attaque personnellement la dignité et l'honneur des gens. Mouais, la bonne excuse. D'abord, j'ai beau lire et relire les posts du Chevalier, je ne trouve pas que la dignité et l'honneur des personnes soient atteintes à un degré répréhensible par la loi, et insupportable au regard de la morale. Que cela ne fasse pas plaisir, c'est un fait. Mais il faut savoir raison garder, et ne pas agiter le spectre de la diffamation à tout va.
Ensuite, j'ai tendance à penser que lorsque l'on a une activité publique, et notamment une activité militante politique - c'est-à-dire lorsque l'on développe une image médiatique en vue de convaincre une personne de nous accorder sa confiance par rapport à ce qu'il a de plus précieux en qualité de citoyen (son vote) - on a un devoir d'accepter un degré de critique plus important que le citoyen lambda. Outre le fait que c'est une qualité d'abnégation républicaine rare et appréciable, c'est surtout la juste compensation du jeu politique : si l'on entend faire intrusion dans la vie citoyenne des gens, il faut accepter en contrepartie que ces citoyens aient le droit de vous rejeter s'ils en ont envie, y compris si ce rejet peut paraître excessif. Le politique a le droit de se défendre, en expliquant pourquoi il n'est pas d'accord. Mais il n'a pas le droit de chercher à faire taire, par voie judiciaire qui plus est, le citoyen qui le brocarde !

Selon moi, en politique, la sanction de la diffamation se justifie uniquement dans des cas extrêmes. Par exemple lorsque l'on véhicule l'idée fausse qu'un politique appartient à un courant de pensée dont la nature présente un risque pour la démocratie (nazisme, fascisme, intégrisme religieux etc...), ou lorsqu'on l'accuse de faits dont la nature délictuelle ou criminelle le disqualifie a priori dans sa capacité à assumer un mandat publique (accusations de détournements de fonds, accusations de crime sexuel, accusations de manipulation électorale...). Je ne veux pas réduire les cas de diffamation légitime à ces deux catégories, mais juste mettre en évidence le fait que ces cas doivent présenter un caractère de gravité particulièrement odieux.

Rien de tout cela n'est décelable dans les écrits du Chevalier. RIEN !! Pas même le fait de dire qu'une personne agit comme un "chihuahua cocaïnomane"... c'est une image, une métaphore, un trait d'humour que Pierre DESPROGES avait en son temps employée (cf. video ci dessous) et qui reste l'une des expressions impertinentes les plus drôles de notre époque. Alors, posons la question : Pierre DESPROGES (qui en a dit des bien pires) était-il un affreux diffamateur qu'il fallait clouer au pilori de la morale ? En quoi est-ce différent avec le Chevalier, même si le talent de ce dernier n'atteint évidement pas le dixième du génie de DESPROGES (lui-même en conviendra aisément) ?

Non vraiment, nous vivons une époque misérable. Où l'on attaque en justice pour des clopinettes, uniquement parce que l'égo est effleuré. Où les humoristes sont menacés de censure, parce qu'ils jouent de la carte de l'impertinence (cf. Patrick TIMSIT sur son sketch, à l'époque, sur les handicapés ; cf. Stéphane GUILLON pour quelques uns de ses portraits au vitriol ; cf. les Guignols de l'Info pour l'ensemble de leur oeuvre...). Où la liberté d'expression n'est concevable que dans le respect du médiatiquement correct !!

Je vais vous dire, je trouve que la plainte de M. MAJDA est pathétique et je pense même qu'elle est contraire aux valeurs que devrait incarner, plus que tous les autres partis, le Mouvement Démocrate. Il y a dans ce pays un vrai problème de liberté d'expression, et plutôt que de défendre cette dernière, notamment dans une polémique dont il est la cible (ça aurait témoigné d'une certaine "classe" qui aurait renforcé sa crédibilité politique) , M. MAJDA a fait passer, me semble-t-il, son égo avant l'intérêt général.

Maintenant, M. MAJDA a le droit de porter plainte. Il le fait, dont acte. Il a également le droit de vouloir se présenter aux élections législatives de 2012 à Paris, et de monter toute une stratégie médiatique dans cette optique, y compris si cette stratégie se fonde sur une croisade contre tous les contestataires du MoDem (pour information, il cible également Corinne LEPAGE). Chacun appréciera sa démarche comme il l'entend. Mais en ce qui me concerne, j'ai acquis la conviction que ce monsieur n'est pas prêt à exercer un mandat public, ni à représenter les valeurs démocratiques pour lesquelles je me suis engagé au MoDem. Il faut savoir s'oublier pour s'occuper de la chose publique...



Publié dans Archives

Commenter cet article

Cassiopée 03/04/2010 11:56



Petite précision quand aux capacités du CO  face aux critiques qui le concerne qui peuvent être faites sont site : Plusieurs d'entre nous  ont vu censurer leurs commentaires remettant
en cause  son fonctionnement ce qui  explique des  séries de commentaires complètement décousus.


Autrement dit  le CO n'aime pas non  plus la critique



Géraldine 01/03/2010 22:43


Le mot secte a déjà été utilisé à propos de FB par Bourlanges, Arthuis,  Robien ...
On ne compte plus le nombre de personnes qui ont déclaré que FB faisait preuve d'autisme .

Bravo Benoît Petit pour ce texte !


maxime 27/02/2010 16:58


Benoit,

nous sommes d'accord sur deux points :
1. Tout à chacun à le droit de s'exprimer sur Internet. Je regrette simplement la forme employée par le bloggueur masqué. L'insulte et la grossiéreté, on peut franchement s'en passer. A moins
que,...,..... bon sang, mais c'est bien sur !!!! le chevalier orange, c'est,.... GEORGES FRECHE !!!!!

2. Oui, il y a des dysfonctionnements au MoDem. Mais franchement, Benoit, pas qu'au niveau national. En PACA et dans les Bouches du Rhône, on ne peut pas dire que tout a toujours fonctionné de
manière complétement démocratique et en transparence. Je m'étonne que tu sembles faire l'impasse sur le contexte local. Si on dénonce les dysfonctionnements, ayons le courage d'aller au
bout de la démarche. Et quand je dis "ayons du courage" je me mets volontiers dans le lot. Il va falloir une discussion franche aussi en local. Il faut que l'on puisse être capable d'entendre
les adhérents qui osent penser différemment. Mais je reconnais que ce n'est pas facile (j'ai moi-même toujours fermé "ma gueule").

3. J'attends de François Bayrou un sursaut pour remettre le MoDem dans les bons rails. 


Benoit PETIT 27/02/2010 17:33



Sur la situation du MoDem PACA - et comme dans tant d'autres régions où l'on constate des dysfonctionnements similaires - j'ai plutôt tendance à penser que le
national est la principale cause des problèmes. Par exemple,

- le national a complètement parasité le travail de réflexion de fond (cf. ce que Corinne a pu expliquer sur ce sujet), et n'a jamais donné les moyens ni les impulsions aux fédérations pour
participer en tant que telles... quant aux simples adhérants qui ont contribué, ils ont le plus souvent bossé pour rien... il suffit de lire la pauvreté intellectuelle du livre orange qui est une
insulte à toutes ces remarquables contributions individuelles qui ont été envoyées et ignorées

- le national n'a jamais débloqué les lignes budgétaires suffisantes pour que les fédérations agissent avec efficacité sur le terrain

- le national a, le premier, démontré que peu importe ce que les fédérations départementales pouvaient démocratiquement décider s'agissant des investitures ou des stratégies locales, c'était le
national seul qui imposait les noms et les lignes... dès lors, ce ne pouvait qu'être qu'un rapport de force politique qui prime dans les choix.

Bref, la liste peut être longue... Je n'essaie pas ici de dire que l'équipe que nous avons en PACA est la plus formidable et la plus merveilleuse, ni la plus démocratique. Je dis simplement que
beaucoup des dysfonctionnements qui ont été reprochés aux équipes dirigeantes (et dont je fais partie, et pour laquelle je suis solidaire de toutes les décisions prises dans le 13) puisent en
réalité leurs sources dans les modes de fonctionnement imposés par le national.
Aurions nous pu faire mieux ? Sans doute. Tout est perfectible. Mais a un moment donné, on fait avec ce qu'on nous donne, c'est-à-dire pas grand chose... François BAYROU nous a vendu, à nous
fédérations départementales, un rêve qu'il nous a empeché de réaliser, de fait. Certains de ceux qui critiquent (un peu trop facilement à mon gout) FXdP, Jean Luc et Christophe feraient mieux de
se demander si ces exactes mêmes critiques ne devraient pas être plutôt formulées contre Bayrou lui-même... Moi, personnellement, je n'ai rien à reprocher a FX, JL et Christophe qui ont tenu la
barre, qui ont même obtenu des résultats très positifs pour notre fédération (ex. les municipales d'Aix), dans une période où le Grand capitaine du MoDem s'évertuait à torpiller ses propres
troupes.

Tu attends de François BAYROU un sursaut pour remettre le MoDem dans les bons rails. Tu as raison, ce sursaut est vital. Mais personnellement, je n'attends plus rien de François BAYROU. Mon seul
dernier petit espoir repose dans les adhérants dont j'espère du fond du coeur qu'ils vont exprimer très clairement leur ras-le-bol, et exiger, arracher même, les réformes de fond que l'on nous
refuse depuis des mois. Si cela s'avère impossible, alors je n'aurais vraiment plus rien à faire dans ce parti...



maxime 27/02/2010 11:21


Bonjour Benoit,

quand Pierre Desprogs faisait de l'humour, de l'ironie, du cynisme, il le faisait à visage découvert. Le Chevalier Orange agit sous couvert d'un incognito qui rend ses propos peu crédibles. Les
attaques personnelles fusent et certaines sont à la limite du dégueulasse.
Alors, certes, l'action en justice me paraît contre productive par rapport à ce que veut porter le MoDem. L'indifférence est la seule action que l'on peut avoit face à ce genre de
comportements.
Si internet permet à des gens de déblatérer sur d'autres personnes sous couvert d'anonymat, il y a un vrai danger pour la démocratie et la république. On renoue avec une vieille tradition française
qui a connu son heure de gloire entre 39 et 45.
Internet est un formidable outil. Il donne un grand pouvoir aux citoyens internautes. Mais comme le disait Ben Parker à son jeune neveu Peter : "un grand pouvoir implique de grandes
responsabilités" (Spiderman, 1963).

La critique du Mouvement Démocrate est nécessaire et souhaitable. Il y a des fonctionnements à améliorer. Mais le flingage "à balle réelle" n'est pas ce que j'appelle un comportement
constructif.

Si tu veux discuter des dysfonctionnements du MoDem, notammment en PACA et dans les bouches du rhône, tu peux toujours contacter le collectif Alternance Démocrate. Eux, au moins, sont bien réels et
ne se cachent pas pour émettre leurs critiques et leurs opinions.

Le virtuel a quand même ses limites.





Benoit PETIT 27/02/2010 14:51


Maxime,

J'adore (sincèrement !!) la référence à Spiderman !! :)

Je ne dis pas que le Chevalier orange a une démarche constructive par volonté. Mais je dis deux choses : d'une part, que c'est son droit le plus stricte tant qu'il n'enfreint pas la loi, ce que je
pense n'est pas le cas (cf. ma réponse au commentaire de la Baronne orange) ; d'autre part, qu'il est possible pour tout un chacun de trouver malgré tout quelque chose de constructif dans sa
démarche, pour peu que l'on prenne un tantinet de recul et que l'on se pose les bonnes questions. Moi, en tout cas, j'y ai trouvé de quoi alimenter ma réflexion personnelle et je le retranscris
dans mes posts. Voila tout.

S'agissant des dysfonctionnements du MoDem, oui, clairement, je considère qu'il y en a beaucoup, et des graves. Avec mes amis de Cap21 nous les dénonçons depuis longtemps, et je constate
effectivement que d'autres groupes soit les partagent, soit en formulent d'autres. Le problème est que le MoDem national, pour l'instant, refuse de les entendre. Dont acte. Cela pose naturellement
un vrai problème de fond que les membres de Cap21 prendront en considération lorsque nous nous interrogerons sur la suite de nos rapports avec le MoDem. La balle est depuis longtemps dans le camps
de François BAYROU...



paulo40 27/02/2010 10:38



Globalement bien vu Baronne.

Le chevalier "orange" a trouvé un avocat "marron"

mais pourquoi a-t-il besoin d'un avocat?